Actualités

Élections européennes : De la ville à la campagne, rendez-nous notre air !

A l’appel de France Nature Environnement (FNE) et de sa fédération régionale FNE Midi-Pyrénées, les têtes de listes aux élections européennes sur la circonscription sud ouest (Aquitaine, Midi Pyrénées et Languedoc-Roussillon) ont participé samedi 17 mai à Toulouse à une journée de débat autour des enjeux de la qualité de l’air.

FNE et FNE Midi-Pyrénées ont souhaité contribuer au débat public entourant les élections européennes, s’inquiétant, avec force, des niveaux d’abstention ne cessant d’augmenter depuis 1979. Pourtant, nombre d’enjeux du quotidien de nos concitoyens relèvent de l’Union Européenne. Il faut savoir que 80 % de notre législation sur la préservation de notre environnement est issue de la législation européenne. C’est le cas de la qualité de notre air.

Etaient présents lors de cette journée les représentants des principales listes démocratiques candidates aux élections européennes, de nombreux acteurs du territoire, des élus de Midi-Pyrénées et d’Aquitaine et les présidents, ou leur représentant, des 3 fédérations régionales d’associations de protection de l’environnement : FNE Midi-Pyrénées, FRAPNE Languedoc-Roussillon et SEPANSO (Aquitaine).

Ayant participé aux débats, Jean-Claude Bévillard, Vice-président de FNE relève : « L’ensemble des candidats présents ont clairement mis en lumière la nécessité de relever le défi environnemental via le niveau de l’Union Européenne. Nous devrons absolument poursuivre le dialogue avec les futurs parlementaires européens qui auront nombre de dossiers environnementaux de taille à trancher. »

José Cambou, Vice Présidente de FNE Midi-Pyrénées et responsable de la question qualité de l’air à FNE, précise : « Nous avons besoin d’une ambition européenne pour que les normes en matière de qualité de l’air soient à la hauteur pour relever le défi sanitaire qui est face à nous. En effet, reconquérir la qualité de l’air, c’est aussi évoluer dans les politiques concernant l’énergie, l’agriculture, les transports, l’industrie, principaux secteurs facteurs de pollution atmosphérique. »

Une majorité des candidats auditionnés s’est positionnée contre le projet de traité commercial en cours de négociation entre l’Union Européenne et les Etats-Unis, désigné sous les sigles de TIPP, TAFTA, qui remettrait de fait en cause nos normes sociales, environnementales et sanitaires. FNE a d’ailleurs décidé de participer au « Collectif National Unitaire STOP TAFTA ».

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions