Actualités

Eduquer et sensibiliser à l’environnement pour inventer la transition vers l’éco société de demain

FNE Midi-Pyrénées souhaite disposer d’une meilleure connaissance des expériences et des pratiques de ses membres, afin de les valoriser, de mutualiser les outils mis en œuvre et de développer ensemble de nouveaux projets. En perspective : la constitution d’une base de données et une journée de concertation et de formation en mars 2015.

Les prévisions du GIEC concernant le changement climatique ne doivent pas nous rendre fatalistes, mais nous pousser à l’action : nos sociétés se trouvent aujourd’hui à un tournant difficile à négocier pour éviter les dérapages ou une sortie de route en impasse. Face au désarroi que beaucoup d’entre nous éprouvent, il existe des conduites rassurantes, de nouveaux tracés à explorer ensemble. Contre les idées noires et la grisaille du quotidien, des voies vertes et bleues, des voies d’espoir, de nouvelles voies d’aventure s’ouvrent. Des alternatives écologiques et sociales s’inventent, dont les prémices sont visibles autour de nous.

Parmi les initiatives qui préparent le changement, les actions d’éducation et de sensibilisation à l’environnement représentent un levier essentiel. Pour permettre de dessiner la cartographie de ces activités, il faut tracer leur champ d’action, préciser le public concerné et les modalités de leur mise en œuvre. Il n’est pas facile de recueillir ces données, parce que les thèmes abordés sont vastes, les publics variés et les modalités très diverses. Il faut d’abord dire clairement que tous les publics sont concernés, et pas seulement les jeunes ou les scolaires. Pour faire face à la propagande des lobbies industriels et financiers, nous devons porter à la connaissance du plus grand nombre, du « grand public », les informations nécessaires à la compréhension des problèmes écologiques auxquels l’humanité et la planète sont aujourd’hui confrontés. Comment y parvenir ? Comment renforcer la dynamique de nos actions et concerner davantage ceux qui paraissent peu sensibles et se montrent sceptiques vis-à-vis de nos inquiétudes écologiques?

Si la transmission traditionnelle des connaissances fonctionnait dans le sens descendant, des plus âgés vers les plus jeunes, l’initiation se fait aujourd’hui souvent dans le sens ascendant, des jeunes vers les aînés, par exemple pour la maîtrise des outils informatiques. C’est aussi le cas dans le domaine de l’environnement auquel les jeunes sont sensibilisés par les programmes d’enseignement, les formations organisées par les associations environnementalistes et les initiatives des institutions locales. Ce sont souvent les questions posées par les enfants ou leurs remarques, par exemple pour le tri des déchets ou le gaspillage alimentaire, qui font évoluer les comportements. Pourtant, l’éducation et la sensibilisation à l’environnement ne se limitent pas au jeune public.
Pour agir plus efficacement, il faut pouvoir mesurer plus précisément l’impact de nos actions, connaître davantage les réactions des publics que nous touchons, afin de nous adresser également à ceux qui ne se sentent pas concernés. Une démarche ambitieuse, peut-être, mais avant tout une collecte de données à laquelle je souhaite faire participer toutes les associations adhérentes et affiliées à FNE Midi-Pyrénées.

Georges Winter, référent bénévole pour l’éducation à l’environnement de FNE Midi-Pyrénées.

Professeur de français, j’ai enseigné dans plusieurs Instituts de Formation (IUFM) et différentes parties du monde. Convaincu de l’importance de l’éducation et de la formation dans le processus de transformation de la société que nous vivons actuellement, j’espère être utile en mettant ma bonne volonté et certaines compétences au service de l’environnement.

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions