Actualités

Non à la réouverture de la mine de SALAU (Ariège)

LE COMITE ECOLOGIOQUE ARIEGEOIS ET L’ASSOCIATION COUFLENS SALAU DEMAIN SE MOBILISENT CONTRE LE PERMIS EXCLUSIF DE RECHERCHE MINIERE DE VARISCAN MINES.

La recherche et l’exploitation minière sont officiellement relancées en France, l’objectif étant de participer à l’indépendance énergétique du pays sur des matières dites stratégiques et de relancer l’emploi.

Ancien site minier, Salau se retrouve la cible d’une demande de permis pour rechercher à nouveau du tungstène.
Les tensions qui existent actuellement en matière d’approvisionnement sur le marché mondial, rendent le cours du tungstène très attractif et génèrent toutes les convoitises.

Après 15 ans d’exploitation, l’ancienne mine de Salau dite d’Anglade a fermé en 1986 pour les raisons suivantes :
• la chute des cours du tungstène provoquée par la concurrence chinoise,
• l’épuisement annoncé à court terme du gisement.

Les dernières années précédant la fermeture de la mine apparaissent 14 cas de fibroses pulmonaires et de cancers y compris chez des mineurs n’ayant jamais travaillé dans d’autres mines. La reconnaissance au titre de maladie professionnelle est très difficile voire impossible à obtenir pourtant les faits sont là. Les études géologiques, pétrographiques, métallogéniques réalisées sur le gisement de tungstène de Salau indiquent très clairement que l’amiante notamment sous forme d’actinolite très dangereuse pour la santé est bien présente dans la roche encaissante. Les prélèvements et analyses alors réalisés dans le minerai et l’air respiré par les mineurs le confirment aussi.

Depuis, d’autres mineurs ont développé et développent encore des pathologies caractéristiques d’une exposition à l’amiante.

Aujourd’hui, le projet annoncé de creusement d’une galerie de recherche de l’ordre de 2500 ml de long et de 25 m² d’ouverture au cœur du village de Salau ou dans sa très proche périphérie génèrera :
• environ 90 000 m3 de déblais (foisonnement compris) qui évacués à raison de 250 m3/jour représenteraient 16 allers-retours / jour de camions de 15 m3 sur un an ;
•des déblais amiantés qui ne pourront être utilisés à des fins de granulat et qui devront obligatoirement être stockés dans des zones réglementées;
• des problèmes de sécurité liés à la circulation intense des camions (1 camion toutes les 15 mn chaque jour) dans la traversée des villages de Salau, Couflens, Seix, Oust, Saint-Girons (etc.) et sur une petite route départementale de montagne inadaptée à un tel trafic ;
•des poussières amiantées qui poseront un réel problème de santé publique aux habitants du village de Salau et aux travailleurs sur le site.

Au bout de 20 ans d’efforts humains et financiers, la commune de Couflens s’est reconstruite selon un nouveau schéma
économique. Au delà des retraités, elle accueille une population active loin d’être négligeable qui a fait le choix de vivre sur ce territoire de haute montagne particulièrement remarquable et protégé à divers titres. L’agropastoralisme, le tourisme (de qualité), l’artisanat et le commerce se sont développés ensemble et font désormais toute la vie et la richesse de cette haute vallée du Salat.

Dans ce contexte, une nouvelle exploitation minière avec son cortège d’inévitables nuisances ne pourra que menacer cette économie. Il ne faut pas perdre de vue que même dans le cadre d’une exploitation souterraine, une partie importante des déblais d’excavation et des résidus miniers doit être évacuée et stockée à l’extérieur quelles que soient les nouvelles techniques d’exploitation utilisées. Sachant que la vallée de Salau est particulièrement étroite et pentue et que le Salat, rivière d’intérêt patrimonial classée en liste 1 (et au titre de Natura 2000), y prend sa source, cela limite fortement les possibilités de stockage.

Les avancées sociales dans la reconnaissance des maladies professionnelles et des dégâts provoqués par l’amiante n’autoriseront plus le silence qui a régné à l’époque de la mine de Salau.

Rouvrir une mine à Salau ce serait mettre volontairement en danger la vie d’autrui.

Retrouvez toutes les informations pour comprendre les faits et l’histoire de cette mine controversée.


Ainsi que les preuves de la très haute valeur environnementale et patrimoniale de la commune de Couflens!

Pétition ICI

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions