Actualités

COP, COP minute !

La pression monte d’un cran

Ne boudons pas notre plaisir, la plus grande réunion de chef d’Etat de l’histoire de l’humanité, c’est pour l’environnement (enfin … pour que l’environnement reste vivable pour l’homme)! Quelle victoire ! Célébrons-la comme telle. Une fois ces courtes réjouissances digérées, essayons d’y voir plus clair et surtout de rester réalistes sur les conséquences réelles de cette COP 21. On peut espérer au moins trois choses : un accord contraignant et ambitieux sur les émissions de GES, un prix du carbone qui permette de donner un net avantage aux énergies renouvelables (par rapport aux énergies fossiles et fissibles), la création d’un fond d’aides (une sorte de paiement de la dette carbone des Pays « développés-pollueurs » envers tous les autres) suffisant pour que les pays en pleine mutation ne fassent pas les mêmes erreurs que nous. Rien que le premier point est un casse tête : imaginez que pour que les pays producteurs de pétrole et de gaz signent l’accord, il faut que les termes « d’énergies fossiles » n’y figurent pas ! Imaginez-vous un accord sur le climat sans ces mots écrits en gras et surlignés trois fois ?

Les deux autres points (prix du carbone et fond d’aide) sont également soumis à d’âpres tractations, dans lesquelles l’intérêt général et la solidarité sont loin d’être des valeurs partagées. Mais bon ça discute, ça tracte, ça échange des sourires et des poignées de mains.

L’esprit y est, mais pas la vitesse

Oui ces échanges vont dans la bonne direction mais plus les connaissances «s’accumoncellent » plus le constat est clair : il faut faire des transitions beaucoup plus rapides pour éviter la (les) catastrophe(s). On marche alors qu’il faudrait courir : supprimer les aides aux fossiles, investir massivement dans les renouvelables et dans l’éducation, agir pour le plus grand nombre. Mais bon, le vieux système refuse de laisser sa place. Pire, en-dehors de lui point de salut : Plutôt tout saccager qu’admettre que d’autres ont raison. Le nouveau système, lui peine à monter en puissance et à trouver un relai fort auprès des dirigeants de ce monde (les mains engluées dans le pétrole et autres schistes bitumineux). Entre deux mondes, on nage en pleine incertitude. Et alors …

Le miracle citoyen

Puisque l’avenir est incertain, alors allons-y franchement ! Continuons à dénoncer les dérives et les incohérences environnementales, sociales et économiques du vieux monde. Affichons haut et fort nos projets et nos ambitions. Avançons avec ceux qui sont prêt à courir. Des mouvements auto-organisés de type Alternatiba ont montré leur capacité à mobilier, fédérer les alternatives et changer nos comportements. Inventons un avenir crédible et souhaitable !
Et le vieux monde me direz vous ? Il continuera à créer des commissions multi-partenaires pour gagner du temps et ne pas prendre de décisions et puis …et puis, il n’y aura plus de partenaire, il sera seul.

Sylvain Doublet

Vice-Président de FNE Midi-Pyrénées

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions