Docs utiles

Fiche n°9 : Agir dans les secteurs agricole et forestier

Pour télécharger la fiche (résumé) cliquez sur la bannière !




Pour voir la vidéo associée, cliquez sur le logo ! (en cours)

LES ENJEUX DES SECTEURS AGRICOLE ET FORESTIER

« Le secteur agricole peut représenter jusqu’à 50% des émissions de gaz à effet de serre (GES) d’un territoire. Ces émissions correspondent majoritairement à des mécanismes biologiques diffus et s’avèrent difficiles à mesurer. Il importe également de prendre en compte d’autres spécificités des secteurs agricoles et forestiers, telles que leur capacité à stocker le carbone ou encore la dimension nourricière de l’agriculture. » (ADEME)

L’Union Européenne a défini un objectif de réduction des émissions de GES spécifique pour le secteur agricole : le facteur 2. Cela signifie que l’objectif est de diviser par deux les émissions d’ici à 2050.
Afin d’obtenir plus de données et ainsi connaître les leviers d’action disponibles dans les secteurs agricole et forestier, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie) a lancé en 2009 un outil dédié :
Climagri®
. Il permet de calculer l’empreinte écologique des exploitations agricoles. L’association Solagro est l’un des créateurs de cet outil avec Bio Intelligence Services (conseil en développement durable).
Pour illustrer une application de cet outil, nous avons choisi l’exemple de la Coopérative des Fermes de Figeac qui a mené une étude Climagri® sur son territoire.


QU’EST CE QUE SOLAGRO ?

Solagro est une entreprise associative à but non lucratif créée en 1981. Son projet est d’« ouvrir d’autres voies pour l’énergie et l’agriculture, pour une gestion économe, solidaire et de long terme des ressources naturelles (énergie, biodiversité, eau, air, etc.) »
Composée d’une équipe de 25 personnes dont 19 ingénieurs en agronomie, énergétique, économie et écologie, elle offre ses compétences d’ingénierie et d’assistance aux maîtres d’ouvrage public ou privés.
Pour plus d’informations sur Solagro, cliquez sur le logo.




QU’EST-CE QUE LA COOPÉRATIVE DES FERMES DE FIGEAC ?

La Coopérative des Fermes de Figeac, anciennement appelée SICASELI (Société d’Intérêt Collectif Agricole du Ségéla-Limargue), est une coopérative agricole située dans le nord-est du Lot.


Ce sont des agriculteurs qui ont décidé de se regrouper en 1985 afin de réduire, via le collectif, les coûts liés à leur activité et bénéficier de services mutualisés et de conseils techniques.
En 2014, la coopérative et ses filiales comptent 158 salariés, environ 600 adhérents (personnes physiques et structures) et 27 millions d’€uros de chiffre d’affaire, la positionnant parmi les 30 premières entreprises du Lot.
Pour ses adhérents, la coopérative permet de mutualiser la commande et l’approvisionnement en aliments pour le bétail, en semences, en engrais ou encore en produits phytosanitaires. Pour le grand public, elle propose le commerce d’article de jardinage, bricolage, vêtements et la valorisation des produits alimentaires des adhérents et entreprises coopératives partenaires.

QU’EST-CE QUE L’OUTIL CLIMAGRI® ?

L’outil Climagri® a été créé en 2009 par Solagro, suite à une commande de l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie). L’association le gère, l’améliore et le fait toujours évoluer aujourd’hui pour le compte de l’ADEME.
L’objectif de Climagri® est donc de faciliter une réflexion stratégique territoriale afin de réaliser des actions concrètes dans les secteurs agricole et forestiers.
Il peut notamment être utilisé dans le cadre de la réalisation d’un Plan Climat-Énergie Territorial (PCET) et autres documents stratégiques de planification en tant que volet agricole. Cependant il n’a pas vocation à être mis en place au niveau individuel, d’autres outils existent à l’instar de PerfAgro par exemple.

Il fonctionne en deux volets :
1/ Un volet technique, qui permet de diagnostiquer les consommations d’énergie et les émissions de gaz à effet de serre à partir d’une description détaillée des activités agricoles et forestières du territoire. Les données sont récoltées en partenariat avec les acteurs locaux. Cela permet de chiffrer et réaliser un bilan des émissions de l’activité agricole selon une approche par cycle de vie : ainsi l’ensemble des données est pris en compte, depuis les intrants (engrais, alimentation animale, produits phytosanitaires, etc.) jusqu’à la capacité nourricière de l’exploitation. Pour cette étape, il est nécessaire de définir un périmètre d’étude précis et de récupérer toutes les données disponibles auprès des agriculteurs et exploitants forestiers concernés.
2/ Un volet « démarche » et animation : le bilan chiffré est le support servant de base à une discussion entre les différentes parties du territoire d’étude. Climagri® est un outil qui a vocation à réunir autour d’une table les différents acteurs locaux concernés et permettre d’ouvrir un dialogue, de lancer un débat, de prendre des décisions et d’élaborer un plan d’action stratégique.

Les finalités et objectifs de la réalisation d’un Climagri® sont différents selon les territoires. C’est-à-dire que l’ambition à l’origine de cette étude peut être variable : si pour certains ce sera l’occasion de construire une véritable stratégie territoriale de réduction des émissions des GES dans les secteurs agricoles et forestiers, pour d’autres il permettra d’impulser simplement une première rencontre, de réunir les acteurs autour d’une table et de lancer une première discussion. Cette dernière pouvant amener, à plus ou moins long terme, à la construction d’une stratégie agricole.


« L’outil Climagri© permet d’avoir une vision technique et globale de l’agronomie d’un territoire. A chaque territoire son Climagri®, son ambition et ses actions à mettre en œuvre. » Sylvain Doublet, ingénieur agronome à Solagro

L’APPLICATION DE CLIMAGRI® SUR LE TERRITOIRE DES FERMES DE FIGEAC

Le territoire des Fermes de Figeac couvre 80 000 hectares divisés entre espaces agricoles et forestiers. L’élevage de bovins pour la viande et le lait est majoritaire. La surface agricole utile (SAU), c’est-à-dire exploitée, représente 43 000 hectares dont 85% sont des prairies (soit environ 30 000 hectares). La forêt quant à elle occupe environ 1 000 hectares.
L’alimentation du bétail est composée du pâturage dans les prairies, complétée avec des céréales que les agriculteurs achètent à d’autres territoires. En 2008, alors que le prix des céréales flambe , se soulève la question de l’autonomie alimentaire des exploitations, car si le prix de cette matière première augmente, le prix des produits finaux lui ne change pas et met en péril la viabilité des exploitations (du fait de cette dépendance).
Une réflexion sur les pratiques agricoles du territoire est donc lancée, afin d’atteindre un certain degré d’autonomie alimentaire en produisant localement les céréales nécessaires à l’alimentation des troupeaux. Le projet est donc de transformer des surfaces de prairies en cultures de céréales.
Avec l’aide de FranceAgriMer et de la Région Midi-Pyrénées, un Bilan Carbone® est réalisé pour comparer les impacts climatiques de ces deux types de productions.
Les résultats du bilan préconisent alors de ne rien changer au fonctionnement agricole du territoire. En effet, les prairies sont des puits de stockage du carbone et leur transformation en culture céréalière aurait un impact négatif sur le bilan en carbone du territoire.
N’étant pas satisfaits de ces résultats, signifiant de conserver la dépendance économique des exploitations aux coûts des céréales, la Coopérative des Fermes de Figeac décide d’aller plus loin en se rapprochant de Solagro et en menant une étude Climagri®.
Cette dernière semblait plus pertinente du fait de son approche globale du territoire et l’utilisation d’une multitude de paramètres : elle permet d’avoir une approche plus complète que la simple comparaison entre types de productions offerte par le Bilan Carbone® (ici la comparaison entre l’entretien d’une prairie et la production de céréale). En effet, elle prend en considération l’ensemble des productions du territoire : facteurs économiques, environnementaux et sociétaux sont intégrés dans la démarche.
Un gros travail de collecte de données a été réalisé pour les calculs. Dans le cas des Fermes de Figeac, celles-ci sont récoltées depuis 30 ans. C’est un outil déjà très approximatif, il l’est donc d’autant plus si les données sont peu fiables, inexactes ou inexistantes. Il faut pouvoir fournir des éléments les plus fiables et justes possible.
Les résultats ainsi obtenus grâce à Climagri® ont permis d’offrir des pistes de travail pour initier des actions au niveau du territoire. Mais la Coopérative travaille dans le principe du
« penser global, agir local »
. Ainsi pour aller plus loin, afin de resserrer le travail au niveau de chaque exploitation, l’outil PerfAgro est utilisé.
Cette nouvelle étape, actuellement en cours, a pour objectif de déterminer plus précisément les changements de pratiques que les agriculteurs pourront mettre en place sur leur exploitation. Ainsi 8 fermes ont été choisies comme support des expérimentations, chacune ayant des leviers d’actions qui lui seront propre, plus ou moins important selon le système de production en place. C’est un travail au cas par cas.
La démarche de Climagri® a permis de révéler la pertinence de mutualiser les projets, pour la cohérence et la coexistence des systèmes d’exploitations. En effet, le territoire accueille à la fois des exploitations biologiques, conventionnelles, intensives ou encore extensives, les Fermes de Figeac ne souhaitant pas imposer un système d’exploitation particulier, mais laisser le choix aux agriculteurs de celui qui leur convient le mieux.
Un travail de prospective est réalisé tous les 10 ans sur le territoire des Fermes de Figeac. Climagri® a été un outil d’aide à la décision, proposant des choix et des orientations pour guider les agriculteurs du territoire dans leur adaptation aux évolutions économiques et climatiques.
Également, si le travail est parfois fastidieux, il a néanmoins permis de mettre autour de la table les agriculteurs et de relancer des réflexions collectives à travers des groupes de travail, recréant ainsi une dynamique collective grâce à laquelle des propositions sont discutées pour chaque exploitation.
Concrètement, des pistes sont étudiées pour réduire les émissions de GES sur le territoire :
– L’élevage étant dominant, il s’agit de réduire les émissions de gaz issus du bétail en améliorant la qualité de l’alimentation et en adaptant le rationnement des animaux ;
– Le travail simplifié est également recherché afin de réduire les consommations énergétiques en fioul, les risques d’érosion et l’utilisation de produits phytosanitaire. Il s’agit de passer à une agriculture plus douce pour l’environnement.
C’est la Coopérative qui a autofinancé et réalisé l’étude en interne en formant un salarié, en charge de la question de l’autonomie alimentaire, formé par Solagro.


« J’ai pour habitude de dire que c’est assez original qu’une coopérative de professionnels, qui vit principalement sur la vente de ses produits, se pose la question de comment faire pour réduire les doses. Il y a besoin d’une sacrée ouverture d’esprit ou d’une vision pour entrer dans un schéma comme celui là. »
Pascal Nowak, responsable des marchés agricoles de la Coopérative des Fermes de Figeac

SAVIEZ-VOUS QUE… ?

L’outil Climagri® se décline à l’échelle d’un territoire.
Il peut être porté par une collectivité comme un groupement d’agriculteurs ou de forestiers pour mettre en place une discussion ou bien un plan d’action stratégique concret dans l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques.
Si vous souhaitez entrer dans cette démarche, vous êtes invités à prendre contact avec la Coopérative des Fermes de Figeac afin de comprendre le cheminement.


« L’idée n’est pas de faire un Climagri® pour faire un Climagri®. C’est d’abord un état des lieux qui doit permettre d’aller chercher les pistes de progrès. Il faut pouvoir compter sur un groupe d’agriculteurs motivés car c’est lourd en termes de réalisation, et qui disposent de leviers d’amélioration et des moyens d’actions. »
Pascal Nowak

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions