Communiqués / Avis

(communiqué 29/08/17) Pollution lumineuse dans l’agglomération toulousaine

Il est plus d’une heure le matin, le soleil s’est couché depuis longtemps, pourtant le centre-ville de Toulouse brille encore comme en plein jour. C’est le constat de la présence nocturne anormale ou gênante de lumière artificielle qu’a pu faire FNE Midi-Pyrénées suite à plusieurs nuits de veille.

Coup de filet sans précédent contre la pollution lumineuse à Toulouse quadrillé par les bénévoles de l’association. Il a été constaté que près de 92 enseignes étaient en situation infractionnelle. Ce n’est malheureusement qu’une infime part émergée de l’iceberg lumineux… Explications de FNE Midi-Pyrénées.

La pollution lumineuse, quelles conséquences ?

L’exposition à la lumière artificielle de manière anormale n’est pas sans conséquences. De première part, une dépense énergétique inutile et un gaspillage économique conséquent. Mais aussi des effets et perturbations sur la biodiversité. En dernier lieu, des effets reconnus sur la santé humaine : perturbations des cycles biologiques, hormonaux, et facteurs cancérigènes.

Un phénomène encadré par la Loi

En effet, la législation impose que les éclairages intérieurs de locaux à usage professionnel, les éclairages des vitrines de magasins de commerce ou d’exposition soient éteints au plus tard à 1 heure ou une heure après la fin de l’occupation de ces locaux, si celle-ci intervient plus tardivement.

Reconnue en 2009 lors du Grenelle sur l’environnement, la pollution lumineuse a été encadré en 2013 par un arrêté « d’extinction » qui a précisé les horaires d’extinctions et les sanctions. Depuis l’entrée en vigueur le 1er juillet 2013, des améliorations sont constatées mais les contrôles sont largement insuffisants.

L’action de FNE Midi-Pyrénées pour réduire la pollution lumineuse dans Toulouse

Inquiétée par la situation, FNE Midi-Pyrénées a pu constater qu’a minima 92 commerçants ne respectaient pas cette réglementation.

Face à cette situation, l’association entend sensibiliser ces 92 commerçants ce mardi 5 septembre (de 17h à 19h).

Cette sensibilisation sera suivie d’une action de vérification, pour contrôler si les commerçants concernés ont appliqués la loi, dans la nuit de vendredi 8 à samedi 9 septembre, de 1h à 3h.

Pour ces évènements, l’association nécessite la participation d’un maximum de bénévoles (lien d’inscription ici).

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions