Actualités

Nos organisations signent la charte préalable au projet stratégique de territoire du bassin versant du Tescou

Après 9 mois de discussions entre les acteurs, une charte préalable au projet stratégique de territoire du bassin versant du Tescou est présentée aujourd’hui publiquement. Elle a été élaborée comme le reflet d’une vision partagée et comme un équilibre de points de vue pour définir une stratégie de développement du territoire qui dépasse la simple gestion de la ressource en eau.

Des débats internes ont eu lieu dans nos organisations pour examiner les aspects positifs et négatifs du contenu de cette charte. Malgré certaines insuffisances, elles ont estimé que le positif l’emportait sur le négatif :

Nous nous sommes toujours positionnées pour le dialogue avec confrontation des points de vue sur la base d’informations reflétant la réalité du territoire du Tescou. Le processus de co-construction mis en œuvre a créé les conditions de ce dialogue. Nous avions exprimé le souhait que ce dialogue se fasse publiquement mais la règle non négociable était la confidentialité. Pour favoriser la reprise du dialogue, nous avons accepté cette règle mais nous espérons que la nécessaire transparence des débats sera mise en œuvre lors de la finalisation du projet stratégique de territoire.

• Conformément à l’instruction gouvernementale de juin 2015 qui définit les projets de territoire à élaborer sur ces enjeux, nous avons demandé que les données du territoire soient partagées (et qu’elles deviennent, dès que possible, publiques). La charte proposée à la signature fait déjà référence à des données sur l’eau qui sont annexées. Parmi celles-ci, figurent les volumes prélevés et déclarés à l’agence de l’eau Adour-Garonne qui servent désormais de référence au calcul du volume de substitution éligible aux aides financières de l’agence.

• Sur la gestion de l’eau comme bien commun, la réduction des pollutions à la source et le développement des pratiques agricoles permettant d’économiser l’eau, ou de mieux la retenir dans des sols vivants, font désormais partie des priorités figurant dans la charte. Nous regrettons cependant que les pratiques agro-écologiques, dont l’agriculture bio, ne soient pas encore consensuelles parmi les participants au processus. L’optimisation des retenues collinaires existantes (environ 185, voir carte en annexe de la charte) sera étudiée pour l’irrigation, pour le soutien d’étiage ou pour favoriser la biodiversité. En cas de réponse insuffisante aux besoins du territoire par l’évaluation de ces solutions, un projet de retenue(s) sera étudié ainsi que ses impacts écologiques et économiques.

• Au-delà des productions irriguées, qui sont minoritaires sur le bassin, les signataires de la charte s’accordent pour mieux valoriser les produits agricoles et alimentaires issus du territoire du Tescou et augmenter leur valeur ajoutée (notamment à travers la restauration collective). Pour maintenir un territoire vivant, l’objectif est également de diversifier les activités économiques à travers les énergies renouvelables et le tourisme (notamment éco-tourisme et agro-tourisme) ainsi que de favoriser les bonnes conditions du développement économique et du bien vivre (transports, numérique, foncier pour favoriser les installations agricoles, etc.)…
…/…

Nous souhaitons ouvrir la co-construction et la gouvernance aux habitants du territoire, via une participation de personnes tirées au sort et volontaires. Cette disposition, qui a été mise en œuvre, même si elle a présenté quelques lacunes, a ouvert la voie à l’émergence d’un dispositif de gouvernance innovant associant de simples citoyens du territoire et non uniquement des représentants d’organisations. La charte permet, comme inscrit dans celle-ci, d’« accueillir toute personne souhaitant s’impliquer dans le processus de co-construction».

Même si certaines expressions ne nous semblent pas pertinentes, nous partageons la plus grande partie du contenu de cette charte. Surtout, nous considérons que les 34 propositions d’actions (voir pré-programme de co-action en annexe de la charte) représentent des axes de travail forts pour la nécessaire transition sociétale.

Faire du projet de territoire, un projet ambitieux tourné vers l’avenir et exemplaire, tel est l’ambition de nos organisations.

C’est pourquoi nous nous engageons en devenant signataires de la charte préalable et en mobilisant de nombreux bénévoles pour la finalisation du projet de territoire en 2018. Nos organisations veilleront à ce que le processus de co-construction se déroule de manière équitable et transparente.

NB : La charte et ses annexes vont être mises en ligne sur le site web du Collectif Testet dans l’après-midi.

Contacts :
Apifera : Christian Conrad (06 70 05 31 18)
Collectif Testet : Ben Lefetey (06 99 26 60 66)
Confédération Paysanne du Tarn : Jean-Luc Hervé (06 25 34 05 33)
France Nature Environnement (FNE) Midi-Pyrénées : Thierry de Noblens (06 71 19 20 79)
France Nature Environnement 82 : Sabine Martin (05 63 64 55 59)
Nature & Progrès Tarn : Axelle Patoureau (05 63 40 57 19)
Upnet : Françoise Blandel (06 02 31 96 90)

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions