Communiqués / Avis

MINE DE SALAU, LES PREMIERS SURVOLS EN HELICOPTERE SE CONCLUENT PAR UNE PERTURBATION DU GYPAETE BARBU : NOS ASSOCIATIONS PORTENT PLAINTE

Le 22 février 2018, la société VARISCAN MINES représentée par la société MINES DU SALAT, a procédé à la réalisation de la première des cinq visites de sécurité prévues dans la mine de Couflens. Cette visite autorisée par la Préfète, supervisée par la direction régionale de l’environnement (service des mines de la DREAL Occitanie) et réalisée à l’aide des héliportages de la société AIRPLUS, s’est traduite par une violation de la réglementation environnementale protégeant la reproduction du Gypaète barbu. FNE Midi-Pyrénées, Le Comité Ecologique Ariégeois, la Ligue pour la Protection des Oiseaux et l’association Stop mine Salau portent plainte auprès de Madame la procureure de la République de Foix.

Une zone de nidification connue de VARISCAN MINES et de MINES DU SALAT

Depuis début février 2018, la société VARISCAN MINES est consciente de l’existence d’une zone de sensibilité majeure (ZSM) liée à la reproduction de Gypaètes barbus dans ce secteur. Elle s’était d’ailleurs engagée à emprunter un itinéraire situé en dehors de cette zone sensible.

Cette espèce emblématique des Pyrénées est celle du rapace le plus menacé au niveau européen. Sa préservation nécessite des moyens humains et financiers importants pour sa sauvegarde, traduits par un plan national d’actions (PNA).

Pourtant le 22 février 2018, la société a survolé à 8 reprises cette zone de sensibilité. Dans un communiqué du 27 février, la préfecture ariégeoise précisait que « Ces faits ont été signalés au procureur de la république et sont susceptibles de poursuite par une contravention de la 4ème classe. ».

Permis de couflens : un projet de « Mine responsable » ?

La société VARISCAN MINES, anciennement dirigée par Monsieur Michel BONNEMAISON, se proclame de développer un projet de mine dite « responsable », « verte », respectueuse des populations et de l’environnement.
Cette volonté s’était pourtant traduite dans le dossier de demande d’autorisation, par l’absence de prise en compte du site Natura 2000 « Massif du Mont Valier », et donc des espèces et habitats qui le composent…

Et plus récemment, les associations A.P.R.A. Le Chabot et Le CEA 09 viennent de porter plainte pour des faits de captage d’une source sans autorisation.

Pour Marcel Ricordeau, Président du Comité Ecologique Ariégeois : « présence d’amiante -actinolite attestée par les archives officielles, secteur minier en site Natura 2000, grande précarité des accès à la mine, pollution ancienne très conséquente, il semble que c’est seulement maintenant que M. Michel Bonnemaison et l’administration qui soutient son projet, font peu à peu connaissance avec les raisons de l’opposition à ce projet contesté car insensé ! »

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions