Communiqués / Avis

UN ELEVAGE DE 6500 PORCS SANS EVALUATION ENVIRONNEMENTALE (82)

Le préfet de Tarn-et-Garonne vient d’autoriser1 le GAEC de SAINTOU à étendre substantiellement son élevage à Septfonds, passant ainsi à une production annuelle de 6500 porcs charcutiers, et ceci sans évaluation environnementale préalable. FNE Midi-Pyrénées, FNE Tarn-et-Garonne, COSALDE2 et la Confédération paysanne de Tarn-et-Garonne ont déposé aujourd’hui au Tribunal administratif de Toulouse, un recours en annulation contre cette autorisation.

Extension de l’élevage porcin du GAEC de SAINTOU : un projet non durable

Malgré les avis défavorables des conseils municipaux de Monpezat-de-Quercy et Montalzat, une pétition et de nombreuses oppositions de citoyens, le représentant de l’Etat vient d’accorder une autorisation au GAEC pour un volume de 3445,4 animaux-équivalents, contre 1140 précédemment, soit une augmentation de 200%.

Les ruisseaux du secteur sont pourtant pollués par les nitrates d’origine agricole selon les données de l’agence de l’eau Adour-Garonne. Les communes concernées sont d’ailleurs classées en zone vulnérable aux pollutions nitrates. A cela s’ajoute que les parcelles du nouveau plan d’épandage sont situées en bordures de zones naturelles sensibles (ZNIEFF3). De plus, ce projet est situé à moins de 500 mètres d’un lieu de mémoire inscrit4 au titre des monuments historiques : le mémorial du Camp de Judes.

Malgré ce constat, le préfet a choisi de dispenser ce projet d’étude d’impact sur l’environnement…

Pour Jean-Pierre DELFAU, Président de FNE Tarn-et-Garonne : « Il est inadmissible que l’Etat laisse sacrifier l’intérêt public de plusieurs milliers de citoyens, consommateurs d’eau potable, par la pollution des eaux de ruissellement et eaux souterraines ».

Un projet d’élevage du passé

La Confédération Paysanne de Tarn-et-Garonne dénonce ce projet d’agrandissement à plusieurs titres : « d’une part, parce qu’en ignorant le respect qui est du à la mémoire des prisonniers des réfugiés espagnols et des prisonniers juifs, il est indigne. Ensuite parce que ce type d’élevage intensif est, de par le lisier produit, à l’origine de nombreuses pollutions (eaux, nappes phréatiques…) et ne nous semble en rien correspondre à l’agriculture de demain: respectueuse de l’environnement, du bien-être animal et source de produits sains et de qualité.
De plus, la course frénétique à l’agrandissement, au travers l’acquisition d’un outil de production surdimensionné, est contraire à la dynamique d’installation de paysans nombreux, sur des fermes à taille humaine, prônée par la Confédération Paysanne: elle ne peut donc que pourfendre un tel projet.
Ainsi, nous resterons mobilisés auprès de nos partenaires pour défendre ce lieu de mémoire
».

1. Arrêté du 21 décembre 2017 : http://www.tarn-et-garonne.gouv.fr/Politiques-publiques/Environnement/Installations-classees-pour-la-protection-de-l-environnement-ICPE/Arretes-d-autorisation-et-arretes-d-enregistrement/AP-d-enregistrement-GAEC-de-SAINTOU-a-SEPTFONDS-Elevage-de-Porcs
2. Collectif de Sauvegarde de Lavaurette, du Daudou et de son Environnement (COSALDE)
3. Zone naturelle d’intérêt écologique faunistique et floristique
4. Accessible ici : http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_98=REF&VALUE_98=PA82000030

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions