Actualités

L’association APRA le chabot en action en 2020

APRA Le Ch@bot

Le Chabot est une association membre de France Nature Environnement qui a pour but de retrouver et conserver la richesse biologique et le milieu naturel des rivières ariégeoises et de lutter contre tout ce qui porte ou peut porter atteinte à la qualité de leur écosystème.

  • Contribue à la réflexion collective : ses représentants participent à diverses commissions et groupes de travail de niveau local et départemental ; l’association publie des articles pour l’information du public sur les dossiers en débat.
  • Dépose des observations à de nombreuses enquêtes publiques sur le bassin de l’Ariège (demandes d’autorisation, renouvellements de droits d’exploitation, stations d’épurations nouvelles, plans de gestion des déchets, travaux en rivière etc…).
  • Alerte les autorités publiques sur les atteintes importantes qu’elle constate : dépotoirs en berges, risques sur certains sites, travaux illégaux, pollution…
  • Appuie ou prolonge ses interventions par la préparation de dossiers spécifiques : vidanges dites ” transparences”, dépôts et rejets en berges, problèmes d’assainissement, etc.. Qui sont adressés aux institutionnels et aux associations partenaires.
  • S’associe à des opérations de nettoyage de cours d’eau, à des projets éducatifs, à des manifestations publiques d’éducation à l’environnement.

Découvrons ensemble l’un de ses actions phares effectuée en 2020…

Le lac de Montbel face à des projets d’appropriation de l’eau et des espaces naturels.

Avec le projet Coucoo (tourisme haut de gamme) qui s’ajoute au projet de détournement du Touyre pour stocker plus d’eau pour l’irrigation, le lac de Montbel devient un nouveau symbole de l’appropriation privée des biens communs que sont l’eau et les espaces naturels, et ce, à des fins purement marchandes.

Montbel, lac artificiel créé dans les années 80 pour l’irrigation, mais dont la partie à niveau constant a pu se renaturaliser assez bien au fil du temps, est l’objet de deux projets beaucoup moins vertueux qu’il n’y parait. APRA le Chabot se mobilise depuis 2018 pour dénoncer les dérives de ces projets illustrant les tendances régionales de développement du stockage de l’eau et du tourisme de luxe comme modèles de sécurisation économique des territoires.

Un travail d’analyse et de participation aux démarches de consultation / concertation a permis à l’association et ses partenaires d’exprimer leurs questionnements et désaccords auprès des porteurs de ces projets. Une plaquette expliquant les travers du projet de détournement du cours d’eau du Touyre pour « garantir » la ressource en eau du lac à niveau variable a été réalisée, et un avis déposé dans le cadre de la consultation de la révision du Plan Local d’Urbanisme de Montbel, visant le projet de cabanes haut de gamme au niveau du lac à niveau constant.

APRA le Chabot et ses partenaires prônent un tourisme et un modèle agricole plus respectueux de la ressource en eau et de la biodiversité.  Il en va de la résilience du territoire dans un contexte de changements globaux (changement climatique, effondrement biodiversité). Leurs actions ont engendré des dynamiques locales fortes !

Quatre soirées d’information et d’échange sur le projet de réalimentation du barrage de Montbel par le Touyre ont été organisées dans les communes autour du lac. Une manifestation contre le projet des cabanes haut de gamme a rassemblé 400 personnes début 2021. Des articles de presse sont sortis dans la Dépêche du midi, FR3 et 20 minutes.

« Des projets coûteux en argent public (15 millions d’euros d’argent public pour détourner le Touyre) et destructeurs de l’environnement ! D’autres perspectives doivent être envisagées pour l’agriculture et le tourisme dans nos territoires, en respectant les ressources et les milieux »

Serge Hanquez, Secrétaire d’APRA le chabot
Quelles sont les perspectives 2021 par rapport à cette action ?

La mobilisation contre ces projets se poursuit en 2021. Par ailleurs APRA le chabot est toujours investi sur la cartographie des cours d’eau, contre l’usine d’embouteillage d’eau de Merens-les-Vals, les projets de microcentrales hydroélectriques ainsi que la multiplication des projets d’investissement pour la neige artificielle dans les stations de ski ariégeoises.