Communiqués / Avis

20 ans après l’explosion d’AZF, ce n’est toujours pas ça, ni ici, ni ailleurs.

Le 20 septembre 2021

21 Septembre 01, 21 Septembre 21,

20 ans après l’explosion d’AZF, ce n’est toujours pas ça, ni ici, ni ailleurs.

Il y a 20 ans, explosait l’usine AZF de TOULOUSE, faisant 31 mort.e.s direct.e.s et des milliers de blessé.e.s, à cause d’(ir)responsabilités coupables ayant sous-estimé et négligé le risque industriel. La population et la société civile s’étaient alors mobilisées pour dire et clamer « Plus jamais ça, ni ici, ni ailleurs ». L’explosion de cette usine de production d’engrais azotés (amonitrates), pour une agriculture très gourmande en intrants chimiques, et conduite par le groupe pétrolier Total, propriétaire de l’usine et peu soucieux ni de la préservation de la nature, de l’environnement et du cadre de vie, ni des vies de la population, venait nous rappeler l’importance de s’occuper de la prévention du risque industriel.

20 ans après, le risque industriel est toujours là, et visiblement toujours pas considéré à la hauteur de la menace qu’il représente.

L’incendie de l’usine Lubrizol à ROUEN il y a 2 ans, comme l’explosion d’un très important stock d’amonitrates sur le port de BEYROUTH, nous rappellent que nous vivons en permanence dans la proximité immédiate d’usines potentiellement très dangereuses pour la population et l’environnement.

TOULOUSE, comme la plupart des villes du monde, continue d’héberger des usines pouvant représenter un risque industriel plus ou moins bien identifié par les populations habitant à proximité, ou ailleurs, les autorités communiquant très peu sur le sujet.

L’ensemble du territoire est concerné par des usines qui peuvent avoir progressivement changé d’échelle, avec un tissu urbain qui désormais les a rejoint. Les impératifs de productivité, une sous-traitance trop peu qualifiée, des contrôles insuffisants, peuvent favoriser des dérives conduisant à des accidents.

Notre région a encore connu ces derniers mois de nombreux incendies de sites industriels ou des fuites d’effluents et autres accidents comme Véolia à TOULOUSE le 25/08/21, Fibre Excellence à SAINT-GAUDENS le 15/05/2021, RTE à PERLES-ET-CASTELET le 01/12/20, SUEZ à PLAISANCE DU TOUCH le 13/07/20, Envie 2E à PORTET-SUR-GARONNE le 14/11/20 ou encore d’Aubert & Duval  à PAMIERS il y a seulement quelques jours.

Quid d’un vrai plan d’information et protection des populations riveraines, quand bien même le site ne serait pas classé SEVESO ?
Quid d’une information précise transparente pour tous ces sites ? Les associations ne sont pas suffisamment intégrées dans un processus qui devrait conduire à un travail d’information et de prévention. En outre, les impacts des accidents industriels ne sont pas analysés précisément, les résultats encore moins diffusés.

Ceci est également vrai concernant la centrale nucléaire de Golfech située à 80 km de TOULOUSE, et qui a connu plusieurs incidents inquiétants en 2019 et 2020, rappelant le vieillissement de la centrale, et le risque majeur qu’elle représente.

Les stockages d’engrais azotés (amonitrates, comme à AZF TOULOUSE ou à BEYROUTH) continuent aussi dans notre région, chez les agriculteurs qui continuent d’en utiliser en quantité. Ce risque existe aussi à cette échelle, où des incendies dangereux et explosifs peuvent survenir parfois chez des agriculteurs, comme il y a quelques mois dans le Lot-et-Garonne (le 17/05/21 à CASSENEUIL).

Pour FNE Midi-Pyrénées, 20 ans après, c’est toujours « Plus jamais ça, ni ici, ni ailleurs ».

Cécile ARGENTIN, Présidente de FNE Midi-Pyrénées, conclut :

Il est plus que jamais temps de considérer que les risques d’accidents industriels ne sont pas un sujet tabou, et qu’ils ne doivent pas être rayés de l’information publique, ou soustraits à l’analyse des associations. Il serait nécessaire de réduire notre dépendance à la chimie, le cas échéant de produire une analyse lucide des risques encourus pour chaque site concerné afin que les citoyens et les pouvoirs publics puissent s’en prémunir au mieux 

N.B.: FNE Midi-Pyrénées appelle à se joindre au rassemblement prévu ce 21 septembre 21 à 10h17, aux côtés des sinistré.e.s., au ‘Rond-point du 21 septembre’ (croisement des routes de Seysses et d’Espagne) à Toulouse. 20 ans après, nous n’oublions pas.

contact@fne-midipyrenees.fr

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions