Communiqués / Avis

CHASSE AU GRAND TETRAS : LE GRAND BLUFF DES CHASSEURS

La fédération nationale des chasseurs (FNC) dimanche dernier puis Barbara POMPILLI le lendemain, ont laissé croire que la chasse au Grand Tétras serait suspendue cette année pour préserver les populations de cette espèce. En fait, le niveau très bas de reproduction cette année rendait de toute façon impossible cette chasse. Face à la très grande fragilité de cette espèce dans notre région, nous appelons une nouvelle fois le Gouvernement à enfin signer notre demande de moratoire quant à la chasse de cet oiseau emblématique des Pyrénées. Explications.

La fausse magnanimité des chasseurs

Contrairement à ce que laissent entendre les chasseurs, il ne faut voir dans ces annonces d’épargner le Grand Tétras cette année aucune générosité. En effet, il était tout simplement interdit pour les chasseurs pyrénéens d’aller tirer ce bel oiseau cette année au regard de sa mauvaise reproduction. Comme le rappelle Thierry de NOBLENS, bénévole de FNE Midi-Pyrénées et fin connaisseur de cette espèce : « Depuis l’adoption de la stratégie nationale en faveur du Grand Tétras[1] (2012-2021), la chasse ne peut être ouverte en deçà d’un indice de reproduction de 1 jeune par poule. ». Or cette année, la reproduction a été particulièrement faible avec seulement 0,6 jeune par poule sur l’ensemble de la chaine pyrénéenne.

Pour la ministre, par cette annonce, il s’agit probablement de répondre aux fortes critiques émises suite aux consultations[2] lancées le 15 septembre dernier pour ré-autoriser les chasses traditionnelles, malgré l’annulation de ces dernières par le Conseil d’Etat[3], car jugé non sélectives.

Les derniers chiffres sur l’état de conservation de cette espèce sont encore plus inquiétants que prévus

On le savait, les populations du coq de bruyère s’étaient effondrées depuis 1960. Face aux 49 succès juridiques pour en interdire la chasse obtenus par notre mouvement associatif, les fédérations locales de chasseurs et les préfets concernés soutenaient avec force que cette tendance s’était inversée, et que le Grand Tétras se portait désormais bien, ce que dément le dernier bilan.

C’est au contraire une régression de 12,5% lors des 10 dernières années, que vient souligner le dernier bilan de l’observatoire des galliformes de montagne. Dans un rapport du 21 août 2021, les experts de cette espèce mandatés par le ministère de la transition écologique affirment même que : « la population de grand tétras des Pyrénées françaises est actuellement en déclin ».

Arnaud SCHWARTZ, Président de France Nature Environnement, conclut :

« Il est grand temps que les pouvoirs publics en cohérence avec les annonces du Président de la République lors du récent congrès de l’UICN, assurent la protection des espèces menacées. Et notamment en signant notre demande de moratoire[4] qui permettra de suspendre la chasse au Grand Tétras pendant au moins 5 années. A défaut, c’est une nouvelle fois le Conseil d’Etat qui tranchera la question en faisant respecter les engagements français issus de la directive « Oiseaux ».   »


[1] https://www.ecologie.gouv.fr/sites/default/files/PNA_Grand-tetras_2012-2021.pdf

[2] http://www.consultations-publiques.developpement-durable.gouv.fr/

[3] https://www.conseil-etat.fr/actualites/actualites/le-conseil-d-etat-juge-que-la-chasse-a-glu-est-illegale

[4] https://www.fne-midipyrenees.fr/2021/08/10/stop-a-la-chasse-au-grand-tetras-dans-les-pyrenees/