Communiqués / Avis

Autoroute CASTRES – TOULOUSE : Le grand flou du choix de l’Etat pour l’attribution de la concession à NGE

Les communes opposées au projet demandent

Le premier Ministre Jean CASTEX est venu le 25 septembre 2021 à Lagarrigue dans le Tarn pour annoncer le choix de NGE comme futur concessionnaire sur la réalisation et l’exploitation de l’autoroute à péage Castres – Toulouse.

Mais lors de cette annonce, aucune information n’a été fournie sur le montant de la subvention d’équilibre demandée par la société NGE, ni le montant du péage qu’elle envisage d’appliquer.

Frédéric MANON, administrateur de FNE Midi Pyrénées explique :  

Ces éléments dimensionnants auraient dû être négociés pendant l’appel d’offre pour justement choisir la meilleure des offres des candidats NGE, VINCI ou EIFFAGE. A l’évidence ce n’est pas le cas, ce qui est aberrant puisque ce sont les principaux critères de choix que devait appliquer l’Etat. D’autant que le coût du projet annoncé par le Premier Ministre a encore été réévalué à la hausse et s’élève désormais à 480 M€, soit 23 M€ supplémentaires au montant présenté lors de l’enquête publique2, hausse que les collectivités territoriales devront assumer par le biais de la subvention d’équilibre3.

Concernant le montant du péage, le Premier Ministre a rapidement évité le sujet par des propos flous sur « un abonnement dégressif en fonction des trajets effectués sur l’autoroute » et « une modulation tarifaire pour les véhicules les moins polluants ». Christophe Pouyanne maire d’Appelle commente « Autant dire que cela ne veut rien dire, sauf qu’il y a un malaise, et que le montant n’est pas avouable, surtout avant les présidentielles. »

Au final, le choix de NGE ne serait-il pas un choix par défaut, les autres candidats s’étant désengagés parce que l’équilibre financier de ce projet n’est pas possible ? L’Etat et NGE se seraient-il entendus pour repousser au-delà des présidentielles la question du péage et de la subvention d’équilibre et laisser au futur gouvernement l’encombrante gestion de ce calamiteux dossier ?

Sabine Mousson maire de Teulat, conclut :

Toutes ces questions attendent des réponses et de la transparence de la part de l’Etat. Cela fait 14 ans que l’opportunité de ce projet d’autoroute n’est pas démontrée, et nous, élus et habitants des communes concernées par cette autoroute à péage qui impactera irréversiblement notre quotidien, nous voulons des réponses. C’est pourquoi j’ai demandé à ce que nous soyons reçus par le préfet de région.

Il est encore temps de renoncer à cette autoroute désastreuse d’un demi-milliard pour 56 km de goudron et la disparition de plusieurs centaines d’hectares de terres agricoles, au profit du projet d’aménagement de la route existante (RN126) plus adapté aux besoins de mobilité du sud Tarn.

Ce projet est véritablement à contre-sens de toutes les décisions qu’il faudrait prendre aujourd’hui compte tenu des urgences sur les questions environnementales, sociales et économiques.


1 NGE, Nouvelles Générations d’Entrepreneurs, entreprise de BTP

2 Montant présenté dans le dossier d’enquête publique : 457 M€ = 68 M€ pour l’A680 et 389 M€ pour Castres – Verfeil. Ce montant ne tient pas compte de la rétrocession des déviations de Soual et Puylaurens représentant un montant de 55 M€. En final un projet à 535 M€ pour 56 km

3 Conseil départemental du Tarn, Conseil régional, Communauté d’agglomération de Castres, Communauté de communes Sor et Agout)

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions