Communiqués / Avis

Évaluation du Plan Climat Air Énergie Territorial de Toulouse Métropole à mi-parcours

Urgence Climatique Toulouse
urgence-climatique.toulouse@ecomail.fr

Toulouse, le 9 janvier 2022

A l’attention de :

M. François Chollet
Vice-Président de Toulouse Métropole chargé de l’Ecologie, du développement durable et de la transition énergétique.

Copie :

Mme. Nathalie Gourdoux
Directrice Environnement-Energie De Toulouse Métropole

Évaluation du PCAET à mi-parcours

Nous souhaitons remercier François Chollet et les équipes de Toulouse Métropole pour la présentation d’une synthèse des résultats de l’évaluation à mi-parcours du PCAET qui nous a été faite lors de l’atelier des idées du 9 décembre.

Nous ne reviendrons pas sur les alertes pointant l’insuffisance des actions au regard des
ambitions que le collectif inter-associatif avait portées dès la phase d’élaboration du PCAET.
Vous l’avez relevé, les résultats à mi-parcours sont très nettement en deçà des objectifs 2030 du PCAET, d’ores et déjà sur deux des cinq objectifs clefs (réduction des émissions de GES et
diminution de la consommation d’énergie), avant même le relèvement des objectifs de baisse de l’artificialisation des sols et de diminution des polluants atmosphériques.
Différentes associations sont désireuses de contribuer au changement de cap et de braquet requis pour remettre la métropole sur une trajectoire au moins compatible avec les objectifs du PCAET et de l’accord de Paris, tout en anticipant les exigences à venir.

Les actions proposées directement par les associations sont une des composantes importantes des changements de pratiques et de sensibilisation individuelles et collectives nécessaires sur les questions traitées par le PCAET. Les associations peuvent en faciliter la mise en œuvre collective et en améliorer la compréhension. Elles le font tous les jours que ce soit sur les mobilités, la végétalisation, l’alimentation ou les déchets.

La nécessité d’un éclairage scientifique indépendant et pluridisciplinaire s’impose pour aider à des choix informés et transparents. Il ne s’agit surtout pas de confier la décision politique à des “experts”, mais l’ampleur des enjeux et des changements à réaliser requiert que le niveau
scientifique de tous les protagonistes soit plus élevé. Il serait irresponsable de continuer à
gouverner selon les mauvaises recettes du passé. A Toulouse, l’Atelier d’écologie politique
(Atécopol), plateforme d’expertise de la MSHS (Université de Toulouse et CNRS) comptant plus de 150 scientifiques de tous les domaines, travaille depuis plus de trois ans à construire un savoir pluridisciplinaire sur les enjeux écologiques et à le partager avec le public, les associations, les administrations et les collectivités locales. Le RECO (Réseau d’expertise sur les changements climatiques en Occitanie) structure également les ressources académiques sur les questions climatiques. Les associations toulousaines suggèrent que la Métropole fasse régulièrement appel à ces ressources locales.

L’ampleur de l’écart entre la trajectoire et l’objectif montre que des inflexions significatives des pratiques et politiques publiques dans les domaines des mobilités, du logement mais aussi des bâtiments tertiaires et de l’industrie doivent être faites car bien sûr les actions directement portées par les associations ne permettront pas, à elles seules, de redresser la barre, une forte volonté d’action et les moyens nécessaires doivent exister dans l’exécutif municipal.
Dans ce domaine de choix de politiques publiques, nombre d’associations, riches de leur travail de fond et de leur expérience d’usage, sont porteuses de propositions pouvant contribuer à la définition des inflexions. Vous comprendrez, Monsieur le Vice-Président, que cela dépasse très largement le recueil à chaud, en fin d’atelier, sur des formats A6, d’idées et actions portées ou proposées par les participants.

Nous partageons avec vous le constat que la situation est urgente et tenons à lister nos demandes et ce que nous proposons pour agir très rapidement :

  • un accès très rapide au rapport complet d’évaluation du PCAET à mi-parcours pour les
    associations
  • L’Atécopol était présent à l’Atelier des Idées et signifie son intérêt et sa volonté de partager ses connaissances avec la Métropole, dans la mesure de ses moyens. Vous avez évoqué une conférence scientifique le 20 janvier prochain : il semblerait pertinent d’associer à son organisation l’Atécopol et le monde académique toulousain dans sa diversité, afin que le programme de cette journée permette d’éclairer du mieux possible les participant.es sur les nécessaires actions à mettre en œuvre pour atteindre les objectifs du PCAET, et surtout pour que cette journée ne soit pas sans lendemain, en permettant d’amorcer des collaborations au niveau local.
  • un travail conjoint entre les associations spécialisées et les services de la métropole et de la région sur un plan d’urgence mobilité.
  • organiser préalablement au comité stratégique de suivi du PCAET des réunions thématiques pour permettre aux associations qui auront travaillé à des propositions d’action de les présenter à cet organe de gouvernance.
  • permettre au comité de suivi du PCAET de disposer de suffisamment de temps pour conduire sa mission efficacement. Il est donc clair que celui-ci ne doit pas être une simple chambre d’enregistrement de décisions déjà prises ni un choix dans un éventail déjà très réduit de propositions. Il devra s’agir d’une véritable instance qui fixe les orientations stratégiques en prenant en compte la position des associations. Dédier une demi-journée à chacun des axes du PCAET ne semble pas superflu, il faudrait également que le représentant désigné par les associations puisse se faire accompagner par un autre membre pertinent sur chacun des axes.
  • Mieux prendre en compte le PCAET dans le PLU-ih à venir, en particulier dans la définition des OAP. Il est aussi nécessaire de co-construire avec les associations expertes, les autorisations ordinaires de permis de construire pour prendre en compte le réchauffement climatique, en attendant les nouvelles règles, car les plus grands leviers d’actions sont la construction, le logement, le transport et la préservation des espaces verts et peuvent se mettre en place dès aujourd’hui par des décisions d’urbanisme appropriées.

Vu l’enjeu sociétal et l’état d’avancement des actions, il importe de faire appel à toutes les bonnes volontés et en particulier à la société civile. Nous avons tous à cœur le même objectif, nous rassembler pour œuvrer à la meilleure solution possible pour Toulouse, face aux défis climatiques et environnementaux.

En attendant une réponse rapide de votre part, recevez nos salutations écologiques.

Signataires

Atelier d’écologie politique – Toulouse

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions