Communiqués / Avis

Le PCAET de Toulouse Métropole : mauvais bilan, un changement de cap est urgent !

Communiqué de presse du 19 janvier 2022

Voir la lettre envoyée à la Métropole début janvier

Toulouse Métropole a présenté en décembre le bilan à mi-parcours du Plan Climat-Air-Énergie Territorial PCAET : sans surprise, celui-ci est très mauvais. La trajectoire actuelle conduirait à une baisse des gaz à effet de serre pour 2030 à -9% au lieu de l’objectif affiché dans le PCAET à -40% (ref 2008). La baisse de la consommation énergétique ne serait que de -4%, au lieu des -20% (ref 2008) attendus ! Les chiffres sont ceux présentés dans la synthèse présentée par la Métropole, celle-ci tardant à nous fournir le rapport complet de l’évaluation.
16 associations et collectifs demandent à Toulouse Métropole de réelles mesures pour changer de cap, de façon à atteindre les objectifs du PCAET.

Dès 2018, les associations toulousaines pour le climat du collectif “Urgence climatique Toulouse” alertaient la Métropole sur l’insuffisance des mesures prises pour atteindre les objectifs du PCAET, et faisaient des propositions d’améliorations du PCAET encore en phase de concertation, sous formes de 23 fiches actions qui n’ont pas été intégrées dans la version approuvée du PCAET.
Lors de la campagne municipale, le collectif a proposé le Pacte Toulousain pour le Climat, destiné à renforcer les actions de la Métropole pour la réduction des émissions de GES, d’utilisation d’énergie et d’artificialisation des sols. Aucune n’avait été prise en compte.

Nous avons donc adressé à Toulouse Métropole un courrier le 9 janvier dernier, dans lequel une fois de plus nous faisons des propositions de méthode de travail et d’action, avec en particulier un plan d’urgence mobilités. Le PCAET gagnerait à être vraiment co-construit et suivi avec les acteurs locaux de la recherche et de l’associatif, avec les méthodes et le temps nécessaire à cela.

Lors du comité de suivi stratégique du Plan Climat Air Énergie territorial qui s’est tenu le 14 janvier 2022, la Métropole a annoncé vouloir faire porter les efforts supplémentaires de réduction des GES à 45% sur les mobilités et à 35% sur la logistique (au total 580k sur 740k TeqCO2). Pas de détails donnés sur les nouvelles mesures envisagées pour permettre cela. Fait troublant, le sujet des mobilités et de logistique ne sont pas à l’ordre du jour des discussions qui vont avoir lieu lors de la conférence climat de Toulouse Métropole du 20 janvier. En lieu et place, nous nous attendons à avoir un autosatisfecit sur l’amélioration de production d’énergie renouvelable à Toulouse pour lesquelles 70% de l’objectif 2030 est d’ores et déjà atteint, la Métropole étant passé de 3.5% à 7% de couverture de ses besoins énergétiques.

De plus, malgré l’annulation par le tribunal administratif du Plan de déplacements urbains (PDU) en janvier 2021, aucune révision n’a été initiée par la Métropole. Au contraire, des actions positives telles que le Réseau Express Vélo sont repoussés ou diminuées, en même temps que des projets routiers et d’urbanisme ayant un impact négatif sur le climat et la qualité de l’air continuent d’être lancés.

Nous nous interrogeons sur la cohérence et la réalité de l’ambition de la Métropole à apporter des changements à ses orientations de façon à atteindre les objectifs climatiques qu’elle a elle-même votés en 2018 !
Nous demandons à Toulouse Métropole :

  • de mettre en œuvre de réelles mesures pour changer de cap, de façon à atteindre les
    objectifs du PCAET ,
  • de publier le rapport complet d’évaluation à mi-parcours du PCAET,
  • que les acteurs scientifiques et associatifs experts soient impliqués dans
    l’établissement des choix de réorientation et du programme d’action élaborés lors de
    réunions thématiques,
  • que la révision du PDU soit faite avec les acteurs concernés, tels que l’Autate,
    2Pieds2Roues, Rallumons l’étoile, l’Axe vert de la Ramée, les Faiseurs de ville.

Signataires

Atelier d’écologie politique – Toulouse

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions