Communiqués / Avis

Sentinelles de la nature, un bilan 2021 marqué par de trop nombreuses dégradations

FNE Midi-Pyrénées publie le bilan pour l’année 2021, des atteintes environnementales signalées sur son outil numérique sentinelles de la nature (cf. chiffres et données recensés dans le bilan ci-après).

Un outil déployé en Midi-Pyrénées depuis 3 ans

Sentinelles de la nature est outil numérique participatif auquel chacun peut contribuer en se créant un compte sur le site internet dédié ou l’application. Cette interface permet de faire remonter – et de cartographier – des dégradations ou des initiatives favorables constatées sur le terrain aux associations environnementales susceptibles d’apporter leur aide à leur régularisation ou à leur mise en valeur.

Apparu en 2015 en Rhône-Alpes, Sentinelles de la nature est devenu un projet fédéral de France Nature Environnement (FNE) en 2017 permettant ainsi aux fédérations régionales du mouvement de le déployer sur leur territoire.

Cet outil est déployé par FNE Midi-Pyrénées sur son territoire depuis 2019. Voici donc arrivée l’heure de faire le bilan 2021 des signalements de dégradation.

Face à une majorité de signalements de dégradation :  l’information et l’action

L’année dernière, plus d’une centaine de sentinelles ont contribué à la protection de l’environnement en réalisant près de 300 signalements ! Malheureusement, une écrasante majorité concerne des dégradations (230 dégradations pour 62 initiatives favorables). Certes, ce n’est pas réjouissant ; mais grâce à ces alertes nous avons pu engager des démarches dans le but d’obtenir la régularisation de certaines dégradations ou indiquer aux sentinelles les leviers possibles pour agir eux-mêmes.

En atteste le témoignage de Monsieur Georges WINTER, secrétaire de l’association « SNED » et contributeur de l’outil sentinelles de la nature:

« Face à une décharge sauvage à Sauzet dans le Lot, l’association locale, Sauzet Nature Environnement et Développement (SNED), a décidé de télécharger l’application pour signaler la décharge sauvage. Le mode d’emploi est directement accessible à l’ouverture et il suffit de suivre la procédure indiquée : le lieu précis est géolocalisé grâce aux photos prises sur place. Un commentaire permet de préciser le signalement. Les juristes de FNE prennent en charge la suite de la démarche : un courrier a été adressé au service de la DREAL Occitanie en charge des ICPE. Puis, sans réponse au bout d’un mois, une plainte a été déposée à l’attention du Procureur de la République près du tribunal de Cahors. Nous sommes actuellement en attente de la réaction du Procureur. »

Une source d’information essentielle pour identifier les enjeux environnementaux du territoire

Lorsqu’une régularisation n’est pas possible, les signalements contribuent à la veille environnementale et nous aident à identifier la répartition des signalements sur le territoire, ainsi que les enjeux prioritaires afin de mobiliser les institutions concernées.

En 2021, sur le podium des dégradations, la médaille d’or revient aux dépôts de déchets qui représentent plus de la moitié des signalements. Les coupes d’arbres arrivent en deuxième position et les émissions de substances polluantes remportent la médaille de bronze. En Midi-Pyrénées, on note que les signalements sont plus nombreux en Haute-Garonne que dans les autres départements.

Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le bilan ci-dessous.

Face à l'urgence écologique, aidez-nous à agir en toute indépendance.
Votre contribution donne droit à une réduction fiscale de 66% du montant du don.

Soutenez nos actions